Poème - Poésie
Pour accéder au site Poèmes d'Amour Poème et Poésie cliquez sur la bannière
Poème d'amour
Poueme: Poème participatif ne se prenant pas au sérieux!
Poèmes d'Amour : Livre à Poème

Note moyenne du site Poème et Poésie : 8.7/10

Poème

 

 

Poésie

Poèmes de votre création ou déclarations d'amour
Emails et urls ne sont pas suivis par les moteurs de recherche.
Nom ou pseudo : *
E-mail : *
URL de votre site web :
Ville : *
Pays : *
Votre note pour ce site : *
Trop de fautes d'orthographe = Poème non validé par l'administrateur *

Veuillez copier ce code de 4 lettres dans la case de droite : (à quoi ca sert ?)

Poèmes

 

 

Poème amour


Afficher les messages comportant le(s) mot(s) suivant(s) :

Messages : 1261 à 1270
Page : 127
Nombre de messages : 1279
 
le 01/01/2011 à 09:33
Yeremey (Erevan, Arménie)
Note : 10/10

Poème Yeremey

Ton nom est sur mes lèvres,
Ce n est pas un mot, mais une vie,
Tes lèvres sont dans mes pensées,
Elles sont douces comme le miel.
Tes mots sont dans mes chants,
Qui perceront peut-être mon âme,
Et tes cicatrices sont dans mes douleurs,
Que malheureusement je ne guérirai pas.
Tes yeux sont dans mes rêves,
Comme deux soleils pareils,
Ton corps est dans mes bras,
Comme un châle de soie.
Tes paroles sont dans les miennes,
Mais de différents dialectes,
Ta vie commence à la fin de la mienne,
Nous ne nous verrons pas c'est un regret.
 
le 01/01/2011 à 16:35
Yeremey (Erevan, Arménie)
Note : 10/10

Poème
Pas de corps!!! Seulement les âmes!!!!!!!
Dans l'azur du jour finissant
Que voltigent nos âmes!!!
Qu'elles brûlent, qu'elles s'apaisent, qu'elles s'éteignent ainsi
Mais qu'elles soient toujours ensemble ainsi!!!
Qu'elles chantent, qu'elles sanglotent, qu'elles s'aiment sans fin,
Qu'elles crient de plaisir ou qu'elles pleurent de douleur,
Que nous disparaissions ainsi que nous sommes venus...
Pas de corps!!! Seulement les âmes.....
 
le 02/01/2011 à 01:11
Note : 10/10

Poème

Lundi, je te regarde,
Tu ne me regarde pas.
Tu es avec elle,
Toujours avec elle.

Mardi, je te regarde,
Tu ne me remarque pas.
Tu rigoles avec elle,
Tu la trouves belle.

Mercredi, je te regarde,
Toi, tu regardes ailleurs.
Partout où elle est, tu es avec elle,
Serait-tu amoureux d'elle

Jeudi, je te regarde,
Tu m'as regardé toi aussi.
Tu as ensuite détourné ton regard,
Pour parler avec elle.

Vendredi, je te regarde,
Je t'ai vu la main dans sa main.
Des larmes me sont montés aux yeux,
J'ai donc essayer de t'oublier.

Samedi, je pense à toi,
Impossible de t'oublier.
Je passe mon temps à pleurer,
J'ai décidé de me suicider.

Dimanche, je suis partie,
Ca y est, j'ai enfin quitté ce monde.
Je t'ai vu pleurer toutes les larmes de ton corps,
Tu as ensuite crié que tu m'aimais
     
le 05/02/2011 à 18:52
Note : -/10

Poème

mon amour
tout a commencé quand nos regards se sont croisés,
tu as renversé mon coeur,
tu l'a fait chaviré. un vent d'amour m'a fais perdre la tete
notre histoire est née pour ne pas qu'elle s'arrête.
notre amour grandit de jour en jour
je te laisse entrer et fermer mon coeur à double tour.

tout devient beau et merveilleux
quand je vais me noyer au large de tes yeux.
des sentiment encore ignorés se sont crées
il faut les conserver et ne jamais les briser.
dans tes bras je pars m'envoler
dans un monde doux et sucré

la flamme de mes yeux s'est allumée
le soir ou nos lèvres se sont touchées.
aujourd'hui le destin nous appartient
à nous seul de savoir prendre le même chemin.
mon amour pour toi est le plus grand
je n'ai aucun doute sur mes sentiments.
je t'aime
 
le 18/02/2011 à 19:11
Marta Rodriguez (São Paulo - SP, Brésil)
Note : 10/10

Poème Viva às horas da vida

Viva às horas da minha vida
Que bem vivas badalam cada segundo
Do amanhecer ao anoitecer
Festejando tantos outros vivas
Antes de o meu corpo finalmente adormecer...

Viva à vinda do meu ser
A esta vida de horas tão corridas
Simplesmente para viver
A cada nova hora, um novo alvorecer...

Viva à vida de cada ser
Que veio esta vida conhecer
Trazendo consigo tantas outras vidas
Para a humanidade não morrer...

Viva intensamente a vida
Para o seu corpo nela não padecer
Junto às horas mortas
Que a vida também pode lhe oferecer...

Viva às horas da vida!
Marta Rodriguez
 
le 30/04/2011 à 14:04
Ziaya Fadila . Dite : " Alkhansaa ". Gue (Guelma . , Algérie)
Note : -/10

Poème (( Parce que , je suis " femme ! " )) .


Je t'aime ; et j'ai le souffle coupé
Ma poésie , est une plainte d'amour usurpé
Ton amour me fait le printemps
Mon jardin , est fleurant , tout le temps
L'amour , est plus précieux , qu'un fil d'or
Qui sème les fleurs dans les jardins morts
Parce que je suis " femme " ; tu m'as rebutée !!!
Parce que je suis " femme " ; tu m'as insultée !!!
Parce que je suis " femme " ; tu m'as menacée !!!
Parce que je suis " femme " ; tu m'as semoncée !!!
Parce que je suis " femme " ; tu m'as refusée !!!
Telle ; est la vocifération d'une ame brisée !!!
Je me sens entravée , de supplier ton secours
Est-ce ; le destin , nous réunira un tel jour
Hélas ! Tu as perdu mon coeur magnanime
Dés que tu blesses mes sens intimes
Je me brule ; d'agonie de l'attente
Pour recevoir ; aisément ; tes paroles tranchantes
Ta présence , est mon " seul chef-d'oeuvre "
Qui m'empêche d'avaler des couleuvres
Et ; malgré les débris de mon coeur fragile
Mon esprit , est toujours agile ! .
 
le 26/05/2011 à 11:23
Ziaya Fadila.Dite : " Alkhansaa " (Guelma, Algérie)
Note : 10/10

Poème
(( Triomphe , aux funérailles )) .
" Suite " .

On n'est minaudière
Que par des larmes
Qu-est-ce qu'il va te plaire
Rouerie ou " charme "
O , drapeau d'une vergogne
Sur mon visage perdu !
Pretes ta pleurante , tes yeux de velours !
Je suis " éphémère "
Aux temps de trahisons
Mais , pas une commère
Qui démolit les maisons
O . mouchoir d'une vergogne
Sur mon visage perdu !
Je ne point vocifère " viens au secours ! "
Chante crépuscule
Chante les ténèbres
Dans mon vestibule
D'une voix funèbre
O , cercueil de ma charogne
Sur mon visage perdu !
Prète ta pleurante , tes yeux de velours !
Mon poème , est une tristesse de l'air
Certes , que je ne pense qu'à toi ; mon " cher ! "
O , tendre " d'Alexandre ! "
Tu penses mal , et trés loin !
Prète ta pleurante ; tes yeux de velours !
Ce n'est pas la guerre
Je n'ai pas des armes
Ivre d'un bel air
Que dit l'alarme !
O , tendre "d'Alexandre ! "
En pleine orgueil et rigueur !
On ne réside le ciel , que des " vautours ! "
Ne point déséspère
La vie est belle
L'
     
Messages : 1261 à 1270
Page : 127
Nombre de messages : 1279

poeme d amour, poemes et poesie

_

_