Poème d'amour maya

A-baah ti-ne'(e)n (u)y-uts-il in-woj-ool Che'en chiich-kun aw-ok Tumen bin tup-aan (u)y-ich Tumen  u-paach in-k'aat-eechRetourner

Une idée de la prononciation

A-baah ti-ne'(e)n (u)y-uts-il in-woj-ool

Che'en chiich-kun aw-ok

Tumen bin tup-aan (u)y-ich

Tumen u-paach in-k'aat-eech

Retourner
Traduit en maya par Jean-Michel Hoppan (cnrs)

Littéralement:

Ton image dans (le) miroir

(c'est) mon meilleur texte

Car son visage va s'éteindre

Car (c'est) la chose finale de “je te veux”

Version originale
La glace

Mon commentaire et les glyphes

Vous apprécierez tout l'inédit de ce joli poème d'amour en maya classique. C'est très certainement, le premier poème au monde, à être traduit, dans le mystère d'aussi jolis glyphes! Jean-Michel Hoppan Ingénieur d'études au CNRS-CELIA, l'UMR 8133 spécialiste français de lécriture Maya, A fait cette jolie version du poème en maya ancien. Pour quelqu'un ne sachant lire ces glyphes voici leur translittération en caractères latins. Les traits d'union sont là pour mettre en évidence dans chaque mot le découpage entre les racines et leurs affixes, Les voyelles entre parenthèses étant elles sujettes à amuissement. Les glyphes mayas représentent l'une des énigmes les plus fascinante de l'analyse linguistique depuis que Champollion commença à déchiffrer les hiéroglyphes égyptiens avec la pierre de Rosette. Les Mayas avaient un système très élaboré à base de glyphes que l'on peut observer sur les monuments de leur vaste empire. Il s'agit et de loin du système le plus sophistiqué de l'Amérique pré colombienne, et bien que les linguistes aient une idée de la manière dont ils se combinent, ils ne sont pas encore totalement déchiffrés. Leur déchiffrement a pendant longtemps été retardé car on les imaginait comme des pictogrames sans valeur phonétique, et ce malgré la preuve fournie assez tôt par des missionaires espagnols, qu'ils reposaient sur de la phonétique. A beaucoup d'égards on peut rapprocher le système d'écriture maya, à celui des Egyptiens de l'antiquité. Si les glyphes ont une signification propre, ils pouvaient aussi être utilisés pour leur valeur phonétique. On estime à 8,000 le nombre de ces glyphes fonctionant sur le mode du rébus, les symboles pouvant être compactés entre eux et tronqués.

La période classique

La période classique (250-950), est celle où les Mayas atteignent leur plein épanouissement, particulièrement dans la région centre (basses terres du Peten du Guatemala), et dans la zone sud (hautes terres du Guatemala et du Chiapas), occupée par des gens venus de Teotihuacan. Dans la zone nord (Yucatan) on constate un grand développement architectural. Puis la civilisation maya commence à décliner, sans que l'on ait de véritables explications (épuisement des terres lié à la densité de la population, guerres entre cités, invasions? A la période post classique, les Toltèques venus de la vallée de Mexico, seront à l'origine d'une renaissance de la péninsule, avant qu'elle ne retombe dans une anarchie dominée par des guerres. Après la conquête espagnole, la partie centrale de l'aire maya devient le refuge des fuyards. Aujourd'hui, les descendants des Mayas, sont mélangés à d'autres peuples, et sont largement acculturés. Il ne resterait que 330,000 Mayas authentiques, surtout au Yucatan.
Les hiéroglyphes
Poème hieroglyphes
Page d'accueil - Poèmes rares
La Glace Copyright © http://pouemes.free.fr