Poèmes africains

Langues d'Afrique sub Equatoriale

Celle que vous aimez est d'Afrique au sud de l'Equateur, Cette page est faite pour elle.

Vous trouverez sûrement ici le poème africain qui fera écho dans sa langue!

Version originale française
Poème d'amour français

Poèmes traduits dans des langues d'Afrique sub équatoriale. Votre amour, est-il du peuple zoulou!

Audios de radios: afrikaans, malgache, et de nombreuses vraies voix audio khoekhoegowab!

L'Afrique est sans doute la région du monde où la situation linguistique est la plus diverse (on n'y compte pas moins d'un millier de langues) et la plus mal connue. Les classifications proposées ont été tour à tour remises en question. Les civilisations africaines sont des civilisations de l'oralité: la transmission de la culture ne passe pas par l'écrit mais par le son (la voix, le tambour, le sifflet) et par la mémoire (mémoire collective et mémoire de certains individus spécialisés). Tous les documents écrits dont nous disposons sont relativement récents (un des plus anciens, un poème swahili écrit en caractères arabes, date de 1714) et ont été recueillis par des locuteurs non natifs. Les premières collectes lexicales datent de la fin du 17eme, mais ne s'intensifient que dans la deuxième moitié du 19eme. La linguistique de cette époque, formée à l'école comparatiste qui avait établi si brillament l'unité du domaine indo-européen, ne pouvait appliquer sans quelque arbitraire les mêmes méthodes à celui, si différent, des langues d'Afrique noire: celles-ci n'avaient pas d'histoire, les sources écrites, outre leur pauvreté, étaient surtout lexicales. C'est à la fin du 19eme que datent les premières synthèses: vers 1860, W. H Bleek établit l'unité bantou, vers 1880 paraissent les premières classifications d'ensemble (F Muller et K Lepsius) qui groupait toutes les langues d'Afrique noire en une seule famille comprenant d'une part le bantou et d'autre part toutes les autres. Au début du 20eme deux nouvelles synthèses paraissent: celle de C Meinhof et celle de D Westermann. Ce dernier propose une division: chamitique, bantou, soudanais; les langues khoisan étaient tantôt reliées au chamitique, tantôt traitées à part, une classification critiquée par les Français Delafosse et Homburger qui séparèrent les langues khoisan et groupèrent toutes les autres dans une vaste famille. La classification de Greenberg 1955-63 prend en compte 730 langues distinctes et propose de distinguer quatre grands ensembles: la famille nilo-saharienne, la plus hétérogène des quatre et la plus critiquée, la famille nigéro-congolaise (congo-kordofanienne), la famille khoisan (essentiellement les langues à clicks des Hottentots et des Bochimans), enfin la famille chamito-sémitique (afro-asiatique), comprenant le semitique (arabe et langues éthiopiennes), le berbère, l'égyptien (ancien et copte), le couchitique, ansi que certaines langues du groupe tchadien dont le haoussa. Le domaine des langues nilo-sahariennes intéresse une zone discontinue qui s'étend à travers Tchad, Centre Afrique, Soudan, Kenya, Ouganda, Congo, avec une extention au Mali et Niger (songhai). Il comprend six groupes (songhai, saharien (kanopuri, toubou), maban, koman, fur et nilo-charien. La famille nigéro-congolaise forme un ensemble de 800 langues divisées en 6 groupes: atlantique occidental (foulani, ouolof, sérère, diola), mandé (bambara, malinké, mendé, soninké), voltaique ou gour (mossi), kwa (yoruba, ibo, akan, fon éwé, kru), adamaoua oriental et Bénoué-Congo (essentiellement des langues bantoues).

Si vous avez des contacts pour une nouvelle traduction, ecrivez moi.

Poemes d amour copyright © Bibliothèque Nationale.

Langues d'afrique, langue zoulou ou pygmée et langue amharique