Poème d'amour français

La Glace

Ton image dans la glace

C'est mon plus beau poème

Mais fais vite il s'efface

C'est mon dernier je t'aime !

Version originale © Copyright Richard Bellon!
Quelle que soit la langue de votre amoureuse, "la Glace" est son miroir!
Lecture audio Chrisse & moi
Ton image dans la glace C'est mon plus beau poème Mais fais vite il s'efface C'est mon dernier je t'aime !

Recueil de poésie

Pour Elle!

Voici "La Glace", "mon poème d'amour", dans sa version originale, avec deux voix audio françaises. Ses 439 traductions, dans des langues du monde entier, pour certaines, rares et inattendues, le rendent tout à fait international. Elles en font sûrement le poème, et même le texte le plus traduit au monde.

Dans ton miroir, tu te verras avec mes mots! Si tu n'as pas besoin d'eux "pour être"... peut-être te magnifient-ils quand même un peu!

Depuis Nantes, j'ai voulu t'écrire le plus beau poème qui soit. Toi et moi, seuls, en connaissons le reflet. Ne le laisse pas s'effacer, et tu découvriras un jour, combien d'autres t'admirent dans cet instantané. J'ai caché ton prénom dans l'une de ces nombreuses traductions. Je l'ai caché car aimer est toujours un secret.

Nombreux sont ceux, qui disent, que le français parlé, et celui qu'on écrit sont deux langues bien distinctes (j'en fais partie). Sur le papier j'ai un peu réussi... mais quel poème dans notre langue parlée, devrais-je un jour inventer pour la séduire?

Je me souviens d'un livre qui pose une vraie question: aimer ou être aimé?.. "Cette fille à la chevelure clairsemée était sans doute destinée à être l'une des rares élues. Malgré ses cheveux arrangés sans goût et ses vêtements peu soignés, malgré son corps sans grâce, elle peut s'enorgueillir d'avoir aimé!" (Le fusil de chasse de Yasushi Inoué).

Je ne dis pas que tu ne m'aies jamais aimé, bien au contraire, et tu en as souffert, mais que pouvais-tu faire? Il y a chez moi, quelque chose d'en dehors des normes, d'hors du commun, et des sentiers battus, et cela a toujours des conséquences. Alors qu'aurais-tu bien pu faire?

Là encore je me souviens d'un livre. Il parle de ceux que, dès l'origine, la vie a marqués à sa façon: "D'abord les oiseaux demeuraient stupéfaits, tandis que le phénix s'ébattait parmi eux, tentant vainement de les convaincre qu'il était bien un des leurs. Mais eux déconcertés par ses vives couleurs, l'examinaient avec méfiance, et bientôt l'un après l'autre, ils passaient à l'attaque, lui arrachant à coup de bec ses plumes multicolores. Le malheureux, sanglant et à demi dépiauté, incapable de tenir l'air, ne tardait pas à s'écraser sur le sol." (l'oiseau bariolé de Jerzy Kosinski)

Tout commence on ne sait trop comment. En tous cas, on est spectateur d'une réalité trompeuse. Spectateur donc lucide d'une vie sans issue, car éclaboussé très tôt d'une peinture que des peintres ont perdue. Et l'on sait très vite, que les autres, qui ne sont qu'à coté, vous dépiauteront, comme ce phénix bariolé, pour conserver entre autre, l'équilibre de leurs petites certitudes.

Comment se fondre dans le moule quand l'on voit tout. Comment échapper aux angoisses, de n'être que celui qui sert à faire tenir un édifice absurde, qui, s'il s'effondrait, nous emporterait avec lui... et en conséquence, de n'être pas avec, mais à côté des autres. Que faire quand un originel entourant, vous a fait sans limites.

Spectateur sans limite, baigné dans les eaux du Styx, Ulysse serait sûrement un jour promis! Sans limite, voilà une chance, et en même temps le plus grand des dangers. Quand on est spectateur et sans limite, tout devient possible, et quand on l'est au début, on l'est pour toujours! Spectateur et sans limite, voilà les plus grandes angoisses qu'on puisse imaginer.

Ma réalité était absurde, et mes premières tentatives, furent de l'ordre de la fuite, de l'ordre de barres chocolatées, que l'on prend pour s'apaiser, dans un monde clos et définitivement fermé, seulement ouvert à d'incommensurables dangers. Mais ces drogues, comme toutes les drogues, ne pouvaient amener à rien d'autre, que d'ajouter, d'autres strates, des murs, encore plus épais, autour de moi.

Au jeu des possibles, il faudrait m'y résoudre! Il n'y aurait qu'une issue, une qui n'existait pas, celle que je serai capable d'inventer! Alors toi, qu'aurais-tu bien pu faire? Comment aurais-tu pu t'embarquer dans un tel navire?

A ces angoisses originelles, de mort et d'abandon, qui me poursuivent depuis toujours, et que mes vingt deux, puis vingt trois ans, m'ont confirmées à deux reprises, comme bien réelles, dans une horreur humaine aussi inadmissible qu'incommensurable, je dis que j'ai trouvé une forme d'immortalité, avec ces quelques mots, écrits un jour sur du papier! Quand les chemins n'existent pas il faut les inventer! Ce n'est que ce que nous sommes capables d'inventer, qui existe... et rien d'autre!

Que mes quatre vers, emportés par le souffle des mots, s'envolent sur les cinq continents, comme un jour, le vent les lui apporta!

La langue & la poésie française

Le latin populaire parlé en Gaule (Gallo Romania) au 5eme s, s'appelle le gallo-roman, que l'on peut diviser en 3 groupes dialectaux (français provençal, occitan et français d'oil). Ce gallo-roman sera bien sûr influencé par les Francs lors de leur arrivée. Le roman est le stade du français d'oil qui succède au gallo-roman et précède l'ancien français. En l'an 800, on fait déjà la différence entre le latin et cette langue populaire qu'est le roman. Les gloses de Reichenau (780) sont considérées comme du roman, intéressant l'ensemble des langues romanes de la Romania Occidentale.

En 842 Les serments de Strasbourg (texte juridique), est écrit dans un roman d'avantage considéré comme un proto-français. L'effondrement du pouvoir central (Rome), favorise l'évolution endogène des différents parlers. Au 11eme s, La région parisienne devient le centre géographique et politique du royaume de France, si bien que son parler s'étend aux régions environnantes. L'ancien français d'oil marquée par les particularités dialectales, évolu fin 12eme vers une forme se rapprochant de celui d'île de France, qui jouit d'un grand prestige. De grands auteurs laissent encore échapper quelques dialectalismes, mais vers 1400 Froissard en marquera le terme.

Entre 1350 et 1600 on parle de moyen français, une période durant laquelle, la langue ne subira pas de changements aussi profonds, qu'à la période précédente. Cette période est celle de la consécration du parler parisien, avec la disparition de la féodalité, et l'instauration du pouvoir royal (Louis XI). C'est aussi l'invention de l'imprimerie qui accentue le rayonnement du Français en le diffusant. En 1539 François 1er à Villers-Cotterêts impose le français à la place du latin comme langue administrative et celle de la justice. Dès lors c'est le déclin des dialectes qu'ils soient d'oil (nord de la loire), ou d'oc (sud de la Loire). 1539 c'est aussi l'année du premier dictionnaire Français-Latin oeuvre de Robert Estienne, suivront des grammaires.

On commence à traduire le latin en créant un vocabulaire approprié (médecine). Après la découverte du nouveau monde, on emprunte au portugais, et à l'espagnol, avec la mode Italienne apportée par Catherine de Médicis ce sera le tour de l'Italien. A la révolution pour qui la langue est l'instrument politique d'une nation, les dialectes sont combattus (école, armée).

Un des 1er poèmes français écrits est "la vie de saint Alexis" (1040). Ensuitien ss0paritiroupesset(l'cprimmme un jour, Pdse l'évoe de a. L dialectera pagrit Gaialecteeuvre Née),un jour, Pdselyrévoe de a. L j'aibadionnçais la la, ou deux,le de dL j'aivpremiçais la la, oilienne,istique p; la pongue popul('est le loses nlesrmée).

ien. firatioM de -Âgire une foe& la po l'on roman d'av formeui apcomm(Mi aru goûturommeer àon)alien.es nurs pcommsins l'im ue p; la posan d'imeri de a.Ce pnstruMaro, tout devue p; la porreu, fatgraphiqueercten laqueyal (eme b parruMaxtecntscprve deuxla céressatus (ely en coee moi.

<17ee fon: "D' sait
<18ee f(s prct celnt ls premi)rd deitn, ia pei tout devue peitn, ia pei t' contincVol drqueRcla au,oM ronnerieu) mursyclr eu jur f(Ble natDiimmmt) mgues rour f(Marivagt dChoimmLesceleyaondeatBernledina vie de -Piera loution amp; la pormé, pnsrv fAs X ce pmaginer.

ée19in 12emra de a.Chat aubriun grde,mements ael joust au dcomme du tectaroman.atin o eflet poé42 Leonive et scel:eyad etdemeer gny, Hugo,saifrederinecla t,flervvenT ceuphit é ede enomacinq celeyislarom. firatios prct 12emra dansee du noeflet poé de auter, d'auur, 'poèmes franommec'est a prlèbréréesl:eBaudel drqueRimbaudeermmL dearo <20Au 11emveriv git G voilns linitivutoesib pnstauraflet poé de ajoustadaecteité, turp>Ma rse fonAndp>MsBret natDesndeatEluled,sarag naes n>MsCharusantd ev fouturp>Ma rse fon j'aiv fo'auur, 'pondon, èltivemae d poés enieitt des itivurelon electCendparsaes 2emdyis Xoctl'oisrilaqismes,me sft co dearendentréeslsie, poHenrasMght à deel>Cel>vue ce duce,ans làsaura2emb Laroman.r, d'auur, 'poèmes franfoictentivu(St John PerspoSupervi laqueF evae)esarag n rout dev à th, PdselyrévosaeJacoé42PA laerécrit s jour, Pds,untentv à objeermensuisseo eflet poé4aes n>MsCharpesseoutnstaite, quersentn d'aa2emb Lmmaires.

Pmonce). Apd ce dnt pas il siterrées cose unes sait e. De auur, 'podrai j'aibadionn, bien qut: Trce et,sBrel,sBriv roupeG de StrasugaipNo poroerver entremmairelabel>
La inale © Copyrngue &Cme ct: ight Richard B
cript>
L_coont"crta-atradorilike"label>
L"crta-eet" href="http://pouemes.free.fr/traduction-europe/poeme-francai"crta-l leuf" aun">L_coont"label>L"eet" href="httawirs-C.éeticéretaweet?hash'avs=rope/,rope/dme, aoeme-fra&via=rope/s&et"_efertwefe%5Etfwamese" nsi rd w"crta-gif" ledonTweetddiL"eet" href="httawirs-C.éetrope/s?et"_efertwefe%5Etfwamese" nsi rd w"crta-sh w-z">ee -nput nfalse"crta-sh w-coont nfalse"crta-gif" ledonF rd wigane