Poème d'amour ilokano

Sarming

Dayta imahen mo dita sarming

Isu ti kapintasan a daniw ko

Ngem alistuam ta agpukaw

Isun ti maudi "Ay-ayaten ka."

Traduit en ilokano & voix Manong Richie
Lecture audio
Poème d'amour ilokano

Recueil de poésie "La Glace"
Version originale
Poème la glace

L'ilocano

L'ilocano (iloko, ilokano, ilocan, yloco, iluko, samtoy, iloco), est parlé par 9 millions de personnes, surtout au nord-ouest de Luçon.

C'est une langue importante, de la famille des langues de la Cordillère des Philippines du Nord, avec une tradition écrite; c'est la 3ème langue des Philippines après le Pilipino (tagalog), et le cebuano.

Du fait de son importance l'ilocano est appelé (la langue nationale du nord), et son épicentre se situe dans la région d'ilocos, là ou il est considéré comme pur.

Cette langue austronésienne partage quelques relations, mais seulement par emprunt, avec les langues Itneg d'Abra. Si elle comporte bien sûr des variations dialectales, celles-ci sont minimes (lexicales et de prononciation), et on peut séparer ses dialectes en deux groupes, (nord (Ilocos Norte) et sud (Ilocos Sur, Tarlac, La Union et Pangasinan)).

Les zones d'origine de l'Ilocano sont : Ilocos Norte, Ilocos Sur et La Union, mais du fait de déplacements, bon nombre d'Ilocanos ou de locuteurs de cette langue, résident dans des provinces voisines (Abra, Pangasinan, Benguet, Tarlac et Cagayan).

Dans les régions de Pangasinan et d'Abra, nombreux sont , parmi les locuteurs, des gens qui ethniquement parlant, ne sont pas des Ilocanos, mais ont fini par adopter l'iloko, qui est la langue véhiculaire de la région. On retrouve aussi des communautés qui partagent l'iloko aux États-Unis, (Hawaï et Californie).

Même si l'iloko n'est pas une langue officielle aux Philippines, son activité littéraire est très riche (livres, internet, magazines), que ce soit aux Philippines ou à l'étranger.

La poésie en ilokano, est aussi à l'honneur depuis bien longtemps, et encore aujourd'hui, on la déclame dans les médias, voir un peu partout.

Peut-être ... Les Ilocanos

La côte d'Ilocos (La côte ouest de Luçon), a été colonisée dans un passé très ancien, et les chercheurs ont des hypothèses différentes sur son peuplement ... est-elle le fruit d'une immigration par vagues successives, ou bien est-ce que toutes ces populations, de la côte ouest de Luçon, ont une origine commune?

Tout ce que l'on sait, c'est que les premiers écrits dont on dispose (XVIe siècle), montrent qu'à cette époque, il y avait déjà, une diversité linguistique et culturelle au nord de Luçon, avec déjà, les Ylocos, leur culture, et leur langue, dans des villages permanents.

On sait aussi, par la suite, combien, les pressions démographiques, rendant une densité de population agraire trop élevée, ont poussées les Ilocanos à migrer, vers la vallée de Cagayan, la plaine centrale de Luçon, etc.

Les Ilocanos, ont longtemps été des agriculteurs (riz), et des pêcheurs, ils le sont encore! Mais ils sont aussi les vecteurs d'une intense activitée littéraire, alors, peut-être mes quatre vers, traduits en iloko, rentreront-ils un jour, dans une bibliothèque, recelant une foule d'ouvrages dans cet idiome!

Poème traduit en ilokano (488 langues)