Poème d'amour toraja

Sammin

Rupammu lan sammin

Yamo kelong Balloku

Apa sang kappidianri na ta'demo

Ma'katampakanna kuparinayako

Traduit en toraja par Octovianus Pasolang
Poème d'amour toraja

Une autre version

Sammin

Pantarisammu lan sammin,

Iamo pa'tendeng maballoku.

Apako pa'de sang kappidian mata...

Sae lako kukuanna, "lendu' kukamali'mu!"

Traduit en toradja par Zakharia
Recueil de poésie "La Glace"
Version originale
Poème la glace

Explications

Concernant cette deuxième traduction, les possibilités : La langue Toraya peut avoir deux, trois sens (et même d'avantage), dans un mot ou dans une phrase.

Rupammu est équivalent à Pantarisanmu
Rupam = visage
mu = toi
sammin = miroir
Yamo = c'est/cela est/ce sont
kelong = en chantant
Ballo = beau
ku = moi
apa= à cause/mais
sang = verbe
kappidi = clignement des yeux (yeux fermés rapidement)
anri = verbe
na = verbe
ta'de = perdu
mo = verbe

Autre possibilité

Pantarisammu [ombre] lan sammin,

Iamo [c'est] pa'tendeng [chanson de poème] maballoku [ma beauté].

Apako [parce que / quoi] Pa'de [parti] sang kappidian [fermeture rapide] mata ... [yeux]

Sae [bien] lako [à] kukuanna [toujours / se terminant], "lendu '[dernier / arrivé] kukamali'mu!" [Être des êtres chers]

Les Torajas

Poème d'amour traduit en langue toraja-sa’dan (noms alternatifs, pour la langue et dialectes : toraja, kesu', rantepao, south toraja, west toraja, basa toraya, taeq, tae', makale, sa'dansche, mappa-pana, toraja barat, sadang, sada, sadan, toradja, tallulembangna, sa'dan), un langue malayo-polynésienne de la branche sulawesienne.

Les Sa'dan-Toraja vivent sur ce qu'ils désignent la terre des Toraja (la régence ou kabupaten de Tana Toraja ou Tator), qui se situe dans la péninsule sud-ouest, de l'île de Célèbes en Sulawesi, en République d'Indonésie, et près d'⅓ résident aussi à Ujung Pandang, la grande ville du Sud-Sulawesi, et dans les kabupaten de Bone et Luwu. On estime leur nombre total à 500.000.

Si entre eux, le nom Sa'dan-Toraja, est distinctif, puisqu'il désigne tous ceux qui habitent les montagnes au sud-ouest de la Sulawesi centrale, pour les différencier des autres Torajas les ethnies voisines (Makassarais et Buginais), les désignent tous par un seul mot : Toraja (Toradja), un mot qui viens du buginais et signifie "Les hommes d'en haut". Le mot Sa'dan, lui il vient de la rivière du même nom.

Dans leur passé, il y a pour moi, quelque chose chez les Torajas, qui me fait penser aux Nagas de l'Assam, au nord-est de l'Inde. Comme pour eux, les pierres levées, les guerres et les chasses aux têtes, étaient prégnantes dans leur culture.

Aujourd'hui, les Torajas, sont bien souvent éleveurs et cultivateurs, de riz, café, cacahètes, maîs, manioc ... D'un point de vue religieux, s'ils sont chrétiens, la religion qu'ils vivent, est comme pour beaucoup d'autres peuples de la région, très adaptée, mélangée à leurs anciens rites et croyances.

Leur langue, là encore, comme c'est le cas de la majorité des peuples du globe, n'était qu'orale, et comme presque partout ailleurs, les mythes, les contes et les légendes étaient chantés et racontés entre eux ... la fête du Merok continue de faire partie de leur folklore ...

Même si leur culture et leur langue sont communes, on trouve forcément des différence culturelles et linguistiques entre les Torajas des montagnes, et les autres; la montagne en elle-même, étant un facteur isolant pour un peuple.

D'ailleurs, leur localisation, isolée, et dans les montagnes, les a très longtemps préservés des contacts avec d'autres peuples, préservant ainsi leurs rites et leur culture. Leur organisation sociale repose sur la famille étendue habitant de longues maisons sur pilotis, chacune représentant une unité économique et cérémonielle distincte. Les confédérations villageoises sont régies par un conseil de chefs.

Quand ils écrivaient, c'est en buginais que ceux qui en étaient capable le faisaient. Aujourd'hui, on commence à avoir certains ouvrages, qui racontent et décrivent leur culture. Leur langue, est proche du bugi, celle de leurs voisins.

Autres langues malayo-polynésiennes
Sikka - Padang - Osing - Sasak
Poème traduit en toraja (488 langues)