Poème d'amour kube

Havari

Irec Ga havari iguc

Imi nuac kivi pacguc

Neng foc wambesena pahac wangmac

"Singga ninzua"! Imi nuac ac tectecgia

Traduit en kube par Maossa Unamba
Poème d'amour kube

Recueil de poésie "La Glace"
Version originale
Poème la glace

Langue kube

Mon petit poème d'amour traduit en kube (hube, mongi, tobo, yuanggeng, yoangen, kurungtufu, yoanggeng, kulungtfu), l'une des 21 langues de la péninsule de Huon, parlée dans la province de Morobe en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

L'ensemble de ces langues huons, fait partie des langues austronésiennes donc papoues qui sont assez bien documentées. Les travaux de K.A.McElhanon restent une référence.

La langue hube fait partie du phylum Huon-Finisterre (famille centrale), qui compte quelque 13 000 locuteurs, avec peut-être 3 000 pour le hube. Pour être assez précis, les locuteurs du kube sont du côté Est du cours supérieur fleuve Mongi.

La langue tobo que l'on associe au hube, elle, est plutôt parlée du coté du fleuve Kua.

En 1793 Antoine Reymond Joseph de Bruni D'Entrecasteaux, parti à la recherche de De La Pérouse sur son navire la Recherche, est considéré comme le premier européen à découvrir la péninsule de Huon. Le mot Huon vient de Jean-Michel Huon de Kermadec capitaine de l'Espérance, qui le seconde dans cette expédition.

C'est à la fin du XIXe siècle vers 1874 que John Moresby visite la péninsule; peu de temps après Otto Finsch pour l'Allemagne découvre et crée le port qui prendra son nom, Finschhafen. Petit à petit une colonisation et une évangélisation s'installeront, relayées par d'autres nationalités.

Les explorations resteront longtemps limitées aux zones côtières, car les peuples plus à l'intérieur des terres restaient craints car encore cannibales. Les légendes dont on affuble les peuples voisins, semblent montrer des contacts très restreints entre les différentes populations.

Langues de Trans-Nouvelle-Guinée
Nord wahgi - Enga - Awin - Gogodala
Poème traduit en kube (502 langues)