Poème d'amour japonais

鏡に映ったあなたの姿

それは私の最も美しい詩

しかしそれはあまりに早く消えてしまう

それは私の最後の「愛してる」

Retourner
Traduit en japonais par Maiko

Lecture audio Yuki

Une romanisation

Kyō ni utsutta anata no sugata

Sore wa watashi no mottomo utsukushii shi

Shikashi sore wa amarini hayaku kie te shimau

Sore wa watashi no saigo no 'aishiteru'

Retourner
鏡に映ったあなたの姿 それは私の最も美しい詩 しかしそれはあまりに早く消えてしまう それは私の最後の「愛してる」Retourner
Version originale
Poème la glace

Femme japonaise et sa langue

Voici pour toi un petit poème d'amour japonais (愛の詩). Ta beauté est japonaise et tes charmes sont nippons. Tu es plus précieuse qu'un diamant et ton charmant regard en disant 「愛してる」 se tourne toujours vers l'Occident. Même les poésies japonaises (Tokyo ben), pourtant dans de si jolis idéogrammes, n'ont pas la grace de celle à qui elles s'adressent. Cette japonaise ne peut se définir que dans la langue universelle, celle que tous les hommes comprennent, et qui s'appelle "la beauté".

Pourrai-je un jour vraiment la traduire?

Le japonais est la 6eme langue la plus parlée au monde. Seul le japon et une petite diaspora parle le japonais, une langue qui par rapport à d'autres, parceque le Japon est une île, est restée assez isolée.

Pays montagneux avec de nombreuses îles, le Japon présente toutes les caractéristiques favorisant les variations dialectales. Bien souvent ils sont justement inintelligibles, pourtant au niveau linguistique, pour l'écrit comme pour l'oral le Japon est parfaitement uniformisé.

Au Japon chaque région a son dialecte (ben) et c'est le Tokyo-ben qui correspond au japonais standard, au total 130 millions de gens le parlent.

Les linguistes ont été incapable d'établir un quelquonque lien entre le japonais et un autre langage. Même si le japonais au 3eme s à adopté les caratères chinois, il n'est en aucun cas à rattacher au chinois. Un seul lien semble prouvé, c'est celui qui existe entre japonais et Ryukyuan (Okinawa).

Pour le japonais comme pour les langues du sud-est asiatique, on constate un emprunt très important à la langue chinoise, puisqu'on considère que chacune des langues de cette région dispose de plus de 50% de mots chinois dans son lexique. Et de nos jours le vocabulaire anglais tend à remplacer les emprunts non chinois (espagnols, portugais, hollandais).

Pour ce qui est de l'écriture, la langue japonaise s'écrit avec plusieurs types de signes, les kanas, les kanjis et les rōmajis. Les kanas qui sont des caractères syllabiques, se divisent en hiraganas et katakanas (pour les mots étrangers ou scientifiques); ce sont des signes purement japonais qui traduisent des sons. Les kanjis sont des caratères chinois, et les rōmajis désignent nos lettres latines.

Histoire de la littérature japonaise

Les premières poésies japonaises ont été recueillies dans le kojiki et le nihon-shoki ou nihongi au 1er siècle et voisinent avec les poèmes du manyo-shu révélateur du talent de poètes tels que Otomo no Yakamochi et Kakinomoto no Hitomaro. Rédigés en japonais les préambules deviennent les uta-nikki (journaux poétiques) ou les uta-monogatari (récits poétiques). La forme des poèmes est déjà fixée, vers alternés non rimés.

Ce sont les dames de la cour qui les premières vont illustrer la langue japonaise. Le premier nikki est l'oeuvre d'un poète haut-fonctionnaire, Ki no Tsurayuki, lequel compile une anthologie poétique le Kokin-waka-shu (recueil de poèmes de jadis et naguère), dont la préface est le plus ancien art poétique du waka (poème japonais).

Au 11eme s. Le Genji-monogatari de Murasaki Shikibu, et le Murasaki Shikibu de Si Shonagon créatrice du genre zuihitsu, constituent deux chefs-d'oeuvre de la littétrature mondiale. Au 12-13eme les épopées vont fournir d'innombrables sujets, parallèlement au waka classique se développe la mode du "poème lié en chaine" (kusari-renga) composé à tour de rôle par plusieurs poètes. Ce jeu se répandit dans toute la société et l'usage de ne conserver des chaines que les hokku les mieux venus fit que l'on vint à conserver ces haiku comme une forme d'expression complète en soi.

Au 17eme la littérature aborde tous les sujets, le maitre de la poésie est Basho, fondateur d'une école de haiku.

Au 19-20eme c'est l'introduction de la culture occidentale, le poète Kitamura Tokoku s'élève contre le romantisme de Tsubouchi. Le roman devient l'arme préféré des écrivains, citons: Mori Ogai, Soseki, Shiga Naoya, Akutagawa Ryunosuke, Kawabata Yasunari (prix nobel), Tanizaki Junichiro.

Après 1945 les auteurs témoignent de la rencontre conflictuelle avec l'occident., Mishima Yukio, Oe Kenzaburo, Murakami Ryu. En poésie l'influence des formes occidentales se fait sentir sur les poètes japonais: Takamura Kotaro, Muro Saisei, Miki Rofu, Hinatsu Konosuke et Sato Haruo. Tsukamoto Kunio et Yamagushi Sishi continuent à cultiver les formes traditionnelles. Mais bon nombre de jeunes poètes s'attachent au vers libre, ainsi Yoshioka Minoru poète surréaliste. Les poètes se mettent alors à travailler les possibilités graphiques et retrouver l'épaisseur du temps propre aux haiku, citons les poètes: Ishii Yutaka, Iwata Hiroshi, Niikuni Seiichi, Tamura Ryuichi et Tanikawa Shuntaro.

La Glace © copyright & Contact: http://pouemes.free.fr