နှလုံးသားထဲက မင်းပုံရိပ်က  ကိုယ့်အနှစ်သက်ဆုံး ကဗျာ  ခဏတာ ပျောက်မသွားခင်  ဖွင့်ဟချင်တာ ကိုယ်မင်းကိုချစ်တယ်
Pause animation  La Glace Copyright ©
Poeme myanmar, traduction Anna Patrick & Kyaw Kyaw Soe

Lecture audio Htoo Myat
Ma birmane que faut-il que je te dise de plus? Le jour où tu l'as lu, mon poème d'amour birman (myanmar) s'est imprimé jusqu'au fond de tes yeux. Depuis, de Naypyidaw à Rangoon, au milieu des chats sacrés de Birmanie, tu te mires dans l'eau des fleuves, là où se reflète ta tendre image. Relis la fin de mon poème, il est question d'agir! Alors qu'attends-tu donc?

Le birman est la langue officielle de la Birmanie pour 30 millions de personnes, il fait partie des langues lolo-birmanes et vient d'un dialecte du centre de la Birmanie. L'écriture birmane sépare peu les mots, j'espère que vous apprécierez cette traduction, déjà pour la beauté du graphe. Le 1er écrit en birman remonte à 1113: c'est la stèle de Myazedi qui relate des évêments historiques, les 1ères oeuvres, elles, ne datent que du 15eme s, auparavant les bonzes lettrés rédigeaient en pali. La majorité des genres littéraires birmans sont écrits en vers, des vers fixés depuis très longtemps à quatre syllabes. Le plus ancien poème sur pierre date de 1310 et l'on suppose que c'est entre le 2-3eme s. que se situe l'ébauche des premiers éléments de versification qui régissent encore aujourd'hui la poésie birmane. Les poètes de la période suivante, 14-16eme s. (Ava) n'ont qu'un seul centre d'intérêt, la cour. Le 15eme voit l'appartion de genres poétiques variés tels: l'egyin (à la glire du monarque), le mawgun (panégyrique en vers), le pyo (long poème sur la vie de Bouddha), le yadu (ode sur l'amour), et le linga. Le plus ancien poème conservé écrit sur feuille de palme est un egyin de 1455 composé par Adu Min Nyo. En 1472 c'est le poète birman Shin Thwe Nyo qui écrit un mawgun, un peu plus tard Uttamagyaw compose un linga, ce dernier poète fut le précurseur des moines-poètes comme Rahtathara et Thilawuntha, auteurs féconds de pyo. Ces deux poètes dans un esprit d'émulation, composèrent dans tous les genres poétiques. Deux poétesses de cour rivales écrivirent dans le genre yadu, il s'agit de Ma Hpyu et Ma Nyo. L'age d'or des yadu et egyin, fut la période Toungoo (16eme s.), illustré par Hlawgathondaunghmu et surtout Nawadé le Grand, poète, auteur de plus de 300 yadu et le 1er à composer des pyo sur un thème profane. Mais le maitre du yadu fut Natshinnaung. Les poètes Zeyayandameit et Shin Than Kho excellèrent eux aussi dans plusieurs des genres de la poésie birmane. Le poète Padéthayaza fut le précurseur du drame de cour. Le 18-19eme, lui, marque le déclin de la poésie, citons tout de même Thein Dakyaw Thu U Aw auteur de yadu évoquant les poètes romantiques occidentaux. Lethwethondara brille lui aussi dans ce genre. Nawadé le Petit lui compose des mawgun sur des thèmes traditionnels. Au 18eme apparait la poésie chantée et le yagan qui s'inspire des épopées hindoues. Le poème Yamayagan du poète U To est le plus célèbre. Mais ce sont surtout des femmes poétesses de cour (Shi Min, Hlaing) qui chanteront la poésie. Après la conquête anglaise, la poésie se fait plus rare, mais ses thèmes s'élargissent, Pé Maung Tin, E Maung et Zawgyi sont les poètes qui la représente. Plus tard, l'indépendance de 1948 fera voir le jour à des poèmes patriotiques engagés.

Une translittération de mon poème

nhalônthadèka minbôn-yeikka

koya-ahnitthetsôn kabya

kanada pyaukmathwagin

pwangahagyinda koymin-gogyittè