Tvoj obraz v zrkadle  Je moja najkrajšia báseň,  Ponáhľaj sa skôr než zmizne  Ako moje posledné milujem Ťa.
Pause animation  La Glace Copyright ©
Poeme slovaque, traduction Daniela Nováčková

Lecture audio Radio Expres
Belle jeune femme de Slovaquie, voici pour toi, un poème en slovaque. Il est dans ta jolie langue. Il faut toujours traduire avec les femmes, ce poème d'amour en est encore une preuve. Un jour peut-être tu m'écriras, et en slovaque s'il te plait! Je ne connais pas encore ton prénom, il est pour moi sans importance, car ce n'est pas ce dont on t'a affublée qui compte, mais ce que tu es vraiment, et l'amour que tu portes autour de toi.

Langue officielle en Slovaquie, le slovaque une langue proche du tchèque, est parlé par 6 millions de personnes répartis également dans une dizaine d'autres pays. Si l'on trouve des traces écrites du slovaque à partir du 12eme s., la langue littéraire standard ne fut élaborée qu'au 19eme s., par Ludovit Stur à partit des dialectes du centre. Plus conservateur que le tchèque, l'intercompréhension entre les deux langues reste possible. Comme les tchèques, les slovaques considèrent les textes en vieux slave, écrits en glagolitique au 9eme comme leurs premiers témoignages littéraires. A l'époque de l'humanisme et de la renaissance, Les Slovaques se distinguent par la poésie latine (M. Rakovsky, J. Jakobeus). La période baroque se signale par des poèmes sipituels réunis en cantionnaires, puis par des poésies laiques méditatives composées par les poètes (P. Benicky, H. Gavlovic) et des poésies populaires. A la fin du 18eme le réveil national tente de créer une langue littéraire slovaque avec les écrivains J. Bajza, qui mêle le dialecte slovaque au tchèque, et surtout A. Bernolak fondateur de la "compagnie d'art littéraire" qui attire le grand poète classique J. Holly. Ce n'est qu'en 1843 que Stur, avec Hurban et Hodza décide de faire du slovaque la langue littéraire, qu'adopte aussitôt tout une pléiade de jeunes poètes romantiques: Samo Chalupka, O. Sladkovic, Janko Kral, Jan Botto. Suivront des écrivains réalistes dont le poète slovaque P. Orszagh, dit Hviezdoslav, et le poète prosateur J. Jesensky. Plusieurs poètes donnent une oeuvre plus personnelle, V. Roy et particulièrement Ivan Krasko auteur des deux seuls recueils de poèmes symboliques. Entre les deux guerres, en poésie les figures majeures sont: Smrek, Lukac, Beniak, Hal'amova, Kostra, Hviezdoslav, Novomesky. On assiste à la monté de poètes catholiques aux esthétiques diverses: Dilong, Hibina, Silan, et Harenta. La veille de la guerre est marquée par l'arrivée des surréalistes: Fabry, Buncak, Zary, Reisel, Lenko, Brezina. L'après guerre et le communisme, réduit au silence de nombreuses tendances littéraires. C'est l'époque des poètes Milan Rufus, Valek, Bendova, Stacho, Turcany.