Poème d'amour italien

Lo specchio

La tua immagine nello specchio

è la mia più bella poesia

Sbrigati che si cancella

è il mio ultimo "ti amo"!

Retourner
Traduit en italien par Ann

Lecture audio Silvia Mobili Radio capital
La tua immagine nello specchio è la mia più bella poesia Sbrigati che si cancella è il mio ultimo ti amo !Retourner
Version originale
Poème la glace

Toi l'Italienne

Mon italienne, ma Bolognaise, cette traduction en italien est pour toi, tu es le plus joli des rêves. Je me souviens de Venise, Ravenne et Rimini en fiat 500, des panettone de Noel et d'une sublime recette de panacotta, lors d'un arrêt dans la capagne.

Je sais combien chaque matin, en refaisant ton maquillage, tu penses à moi, devant ton miroir et ton visage, qui est le plus beau poème d'amour italien jamais écrit! Poesia d'amore, dirais-tu!

J'aime, ton pays, il est magnifique! C'est le plus beau du monde. J'aime aussi tous ces mots italiens que tu prononçais si délicieusement. Tes mots me faisaient fondre, car une autre langue, quand elle est mélodieuse comme la tienne, c'est toujours une musique... jusque là inconnue, qui vient remettre en cause la notre, la seule que nous connaisons, et qui a façonné nos neuronnes.

Elle nous transforme cette musique. Nous serions autres, si le seul changement de notre vie avait été la langue. Autre, à cause de la musique, à cause aussi de certitudes portées par des concepts différents.

Bologne est du passé! Comme des mots qui s'écoulent et s'évaporent, la vie suit les chemins qu'elle peut! C'est toujours sur les parties les plus difficiles de cette route, que nous laissons nos traces. Nos semelles, comme un fer rouge, s'enfoncent là où sont les endroits les plus meubles, les plus détrempés, innondés de déluge. Voilà le plus souvent nos marques de mémoire les plus profondes. Pourquoi, me demandais-tu? La réponse est dans le mot apprentissage. La mémoire a-t-elle d'autre fonction que d'être un acte d'apprentissage?

En tous cas, avec toi, la route était sèche et dégagée... et ces routes sèches et dégagées, quand avant et après, dans notre vie, les tornades font la loi, on s'en souvient, crois moi! La mémoire apprend tout du jeu des possibles qu'elle rencontre.

Une autre jolie italienne, croisera-t-elle un jour ma route? J'aimerai tant! J'aimerai tant, avec elle, refaire le monde, pour pouvoir le rendre crèmeux comme un capuccino!

Histoire de la littérature italienne

L'italien langue officielle de l'Italie est parlée dans de nombreux autres pays par pres de 65 millions de personnes (Italie, Suisse et diaspora). C'est une langue romane basé sur le dialecte de la Toscanne plus précisément le florentin du 14eme s, qui lui même vient du latin vulgaire. Même en italie ce latin vulgaire (parlée) suivant les régions aura donné des formes dialectales quelques fois aussi éloignés que français et italien actuels.

Après la naissance de la littérature en langue vulgaire (le florentin populaire du 14eme), avec les chefs-d'oeuvres de Dante et de Pétrarque, c'est à la poésie qu'est assignée une fonction hégémonique dans la génèse de la langue littéraire italienne. La prose de langue vulgaire connaitra un processus d'unification beaucoup plus lent.

Le vulgaire pour la première fois au détriment du latin est haussé à la dignité de langue littéraire dans "le cantique des créatures" de Saint François d'Assise. Au 13eme s, nait la première école poétique italienne, qui sera poursuivie autour de Dante, par un groupe de jeunes poètes florentins et toscans. La plus part de ces poètes, écriront des poèmes, s'inspirant des préceptes les plus raffinés du dolce stil nuovo. La poésie religieuse sera elle aussi florissante.

Au 15eme la mort de Boccace est ressentie comme la fin d'une époque. Les poèmes de Laurent de Médicis empruntent largement au répertoire populaire.

Le 16eme est le siècle de la renaissance avec Machiavel, les poètes lyriques restent assujettis aux modèles pétrarquestes et les poètes épiques restent dans la tyrannie des règles, Arioste n'en compose pas moins le chef-d'oeuvre poétique du siècle avec "Roland furieux". A la "Questione della lingua" (question de la langue), l'humaniste vénitien Pietro Bembo, soutiendra le modèle archaïque toscan.

Ce modèle ancien qui sera adopté a donné à l'italien ce coté très conservateur que d'autres langues n'ont pas, des textes Florentins du 13eme s, peuvent être lus sans trop de difficulté par un Italien de notre époque. Si l'italien s'est imposé par la littérature, cela a été très long pour qu'il commence à s'imposer dans la population car il restait inaccessible à tous ceux qui ne savait pas lire. Plus récemment 2005, des études montrent qu'encore la moitié des italiens préférent utiliser leur dialecte.

Au 17eme la poésie baroque s'indentifie à Marino et à ses émerveillements. Au 19eme l'Italie importe le romantisme. Les deux plus grands poètes italiens de ce siècle seront Foscolo et Leopardi.

Le 20eme c'est Pirandello, Moravia, Elsa Morante qui expriment des motivations existentielles avec une expérimentation linguistique. La poésie moderne italienne témoigne d'une même exigence du renouvellement formel. Calvino lui conjuguera rêve et fantastique, plus près de nous citons Umberto Eco et Alessandro Baricco.

La Glace © copyright & Contact: http://pouemes.free.fr