Poème d'amour koumyk

Гюзгю

Сени гульгевь гюзгюда

Строчкаларда мени яхши нефесим.

Телесь! О ёх-олар! Алерь

Ахирин чувствада признание.

Traduit en koumyk par Ahmed
Poème d'amour koumyk

Recueil de poésie "La Glace"
Version originale
Poème la glace

Langue koumyke

Poème d'amour koumyk (alternative : kumyk, kumık, kumıh, kumuh, gumık, gumuh, khaidak, khaitag, podgorniy, kumuk, qumuqlar, kumuklar, khasavyurt, terek, khasav-yurt, buinak, kumyki, buinaksk, autonyme : къумукъ‎ (qumuq)). Une traduction dans une langue du Daguestan central!

Cette langue turque est aussi parlée en Tchétchénie, Ingouchie et Ossétie, elle est langue officielle dans la république du Daghestan. Il y aurait 500 000 koumykophones capables de parler cette langue du groupe kiptchak occidental. Pour l'écrire, le script cyrillique a succédé au script latin, qui lui même avait succédé au script arabe. Beaucoup de langues de cette région, ont vu leur façon d'être écrite varier au regard des influences qu'elles subissaient.

La langue koumyk, est à rapprocher de celle des Cuman - Kipchaks, c'est une langue turque de type Kipchak, du nord Caucase ... du nord-est, jusqu'à la Caspienne.

Si les Koumyks ont une tradition littéraire ancienne, c'est tout d'abord en turc que leurs auteurs écrivaient.

Cette littérature ancienne et populaire, se composait d'épopées, rappelant les Karachay-Balkar Narts. Les plus connus sont Manqulpu, Qart-Qožaq ve Maqsumin, Abdulla et Aygazi.

Les premiers documents, ont été écrits par des missionnaires chrétiens (1810), mais ils sont dans une langue mélangée. Aussi, on considère le début du XXe siècle, avec les textes d'Ausupyan Akayev, comme le commencement de la langue littéraire koumyk, même si Yïrčï Kazak, un troubadour, en avait lancé les fondations. Au départ c'est une écriture arabe modifiée, qui est utilisée, puis en 1928, le cyrillique.

Si l'on s'accorde pour dire que le kumyk est une langue kipchak, avec des influences Oghuz et Chaghatay. On le divise en trois, voir cinq dialectes : celui du nord (le Khasavyurt) parlé autour de Makhachkala, celui du centre (le Buynaksk) parlé autour de Buynaksk, et celui du sud (le Khaidak) parlé entre Khaidak et Derbent. Les deux autres, qui pourraient être considérés comme des sous dialectes, par certains, sont le Podgorno et le Terski. Bien qu'il y ait des documents indiquant que le dialecte khasavyurt, est à la base de la langue littéraire, il n' y a pas d'unanimité pour savoir quel dialecte a vraiment servi de base à la langue littéraire ... en tous cas celui du sud, en est le plus éloigné.

La langue Kumyk a été influencée, dans l'ordre, par les langues caucasiennes, arabe, persane, puis russe. Cette dernière, à eu l'influence la plus récente, et la plus notable.

Il est bon de rappeler que le Koumyk a été une langue très importante au Daghestan, mais aussi dans tout le Caucase Nord. C'était une langue de prestige, qui servait de langue véhiculaire à toute cette zone ... tant et si bien, qu'elle était la deuxième ou troisième langue de presque tous. On peut même parler de kumykisation de certains groupes de Noghais et Tchétchènes du Daghestan au XXe siècle.

Aujourd'hui, le russe, et l'avar qui est devenu, langue principale au Daghestan, tendent à le faire régresser. Néanmoins il reste la deuxième ou troisième langue de beaucoup d'Avars, Dargins, Laks, Tchétchènes et Noghais.

Les Koumyks

Les Koumyks, peuple turc, seraient les descendants de nomades autochtones, turquisés par les Khazars qui dominèrent la région du Daghestan durant quelques siècles. La civilisation koumyke est souvent bien plus ancienne que celle des autres groupes de montagnards voisins.

L'origine du mot "Kumyk" n'est pas connue, mais les Russes les appellent "Kumyki", peut-être en reférence aux Laks du Daghestan (Kazikumukh). Entre-eux ils s'appellent "Qumuq".

A l'origine les Koumyks étaient des groupes Khazars, installés dans le nord du Caucase. Ils ont résisté aux invasions arabes des sixième et septième siècles, qui elles, ont conduit à l'islamisation des ancêtres des Laks, Dargins, Avars et Tchétchènes.

C'est entre les XIe et XIIIe siècles avec l'arrivée de populations de langue kipchak, qu'à proprement parlé, le groupe ethnique Koumyk, s'est formé. Si leur origine reste très discuté, il est sûr que les Koumyks, sont au moins issus d'un mélange, comprenant, les peuples indigènes du Caucase, des Khazars (souvent chétiens, juifs etc), et des Kipchaks.

Leurs traditions, qui étaient basées sur une société de classes (citons les classes supérieures : Shamkhals et Kïrïmshamkhal, et inférieures : özden (la majorité - agriculteurs), raiat et kul (esclaves)), ont survécu très longtemps! Pour les litiges, les sages se retrouvaient près de la Yamansuv, pour en discuter. Un système, qui a largement été imité alentour.

On peut diviser les Koumyks en trois groupes : centre (les plus nombreux), nord, et sud (longtemps considérés comme ethniquement différents). Certains résident aussi en Tchétchénie, car les soviétiques, ont opéré des mouvement de populations, qui ont largement changé la composition ethnique du nord Daghestan. On évalue leur nombre à 500.000.

Après avoir longtemps résité aux Russes, petit à petit, ils tomberont sous administration russe (1859). La période soviétique, morcelera la communauté Koumyke, en imposant des migrations vers la Tchétchénie, et la venue sur leur territoire, de Laks, Avars, Dargins et Tabasarans.

Langues turques ouest
Tchouvache - Kazakh - Kirghiz - Tatar - Bachkir
Poème traduit en koumyk (488 langues)