Нарна толян мет, чирячнь-  Насн жирглин айта шюлг  Гилвксн толян агчмд унтрна  Адг!Мини дурна сюл герчлт
Pause animation  La Glace Copyright ©
Poeme kalmouk, traduction Nina Akicheva

Lecture audio Bogdahna Chingis
Voici le poeme d'amour kalmouk (oirat, kalmyk) du poète français Richard Bellon, traduit pour 150.000 kalmoukophones. Les plus jolies filles de cette ethnie savent quand elles dansent, combien le regard des hommes les dévisage. Elles n'aiment pas trop cela, car si elles dansent, c'est pour d'autres raisons. Leur danse est leur language, mais qui saura le déchiffrer? Qui donc saura trouver les mots qu'elles seules comprennent?

Voici un poème kalmouk pour une langue mongole du groupe oïrate, officielle en république de Kalmoukie, qui est aussi parlée en Chine et Mongolie. La Kalmoukie est une région de steppes au sud-ouest de la Russie. Sa population les Kalmouks descend des Oïrats (Oirots, Mongols Occidentaux), constitués de différentes tribus venues de Mongolie jusqu'au sud du Caucase. A l'époque de Gengis Khan ils habitaient les forêts situées à l'ouest du lac Baikal.