Poème d'amour calabrais

U Specchiu

L'immagine tua ntra u specchiu

E la poesia mia chiù bella.

Ma fa subitu ca se cancellari

E l'ultimu mio ti amo !

Traduit en calabrais par Isabella
Poème d'amour calabrais

Recueil de poésie "La Glace"
Version originale
Poème la glace

Le calabrais

Jolie brune calabraise, ton visage est ce poème d'amour traduit en calabrais (calabrese, napoletano-calabrese, neapolitan-calabrese, basilicatan, lucanian, napoletano, northern calabrese-lucano, tirrenic). Ta jolie langue, chante et enchante, tes chaudes journées sous le soleil de méditerranée.

Deux millions de gens sauront lire ces mots traduits en calabrais. Le calabrais est un dialecte de l'Italie du sud parlé en Calabre, il est proche du sicilien et du napolitain.

Le dialecte calabrais a été influencé par tout un tas de langues sur une longue période; celles des peuples qui tour à tour ont colonisé ou dominé la région (Bretti, Grecs, Romains, Byzantins, Normands, Sarrasins, Espagnols, Autrichiens, Français).

Le dialecte calabrais est constitué de différentes variantes qui peuvent être assez différenciées suivant les lieux; on les regroupe en deux groupes principaux : les calabrais septentrional et le calabrais centro-méridional.

Le latin qui bien sûr est l'élément principal du dialecte calabrais, occupe une place différente suivant les variantes dialectales. Dans le nord de la Calabre la latinisation s'étant fait avant le sud, on trouve en plus grand nombre les termes latins; le sud, resté plus longtemps avec des éléments grecs, en comporte moins. Entre le nord et le sud le résultat est qu'il peut y avoir de réelles difficultés d'inter-compréhension.

Les Grecs auraient colonisés la région, se mêlant aux autochtones 700 à 800 ans avant JC. Quand les Romains à leur tour mettront la main sur la Calabre au IIIe siècle, plus ils iront vers le sud, et plus c'est un peuple parlant grec (grecanico), de culture grecque, qu'ils rencontreront. On trouve encore la présence de ce grecanico parmi certaines personnes âgées tout au sud.

Entre le Xe et le XIe siècle, les Arabes (Sarrasins), bien implantés en Sicile, commenceront leurs incursions en Calabre, des incursions pour le commerce et pour soumettre les villes, ce qui poussera les populations à se réfugier. Leur domination sera plutôt ponctuelle, sous forme de raids, mais laissera néanmoins des traces dans le dialecte calabrais.

La domination française, par l'intermédiaire des Normands durant 150 ans jusqu'à la fin du XIIème siècle, puis par les Angevins durant deux siècles, jusqu'au milieu du XVème siècle, qui régneront sur le royaume de Naples, marquera elle aussi le lexique calabrais.

La présence espagnole de près de 450 ans dans le sud, jusqu'au XVIIIe siècle, laissera elle aussi des traces indéniables.

La Calabre

La Calabre est une terre pauvre, à l'extrême sud ouest de l'Italie qui fait face à la Sicile. Le tourisme et les villes portuaires restent sa richesse. Les régions de montagnes, sont celles de villages de bergers et paysans pauvres. Depuis le XIXe c'est une région avec une forte émigration.

A l'époque mycénienne des navigateurs venus de Grèce ont abordé les côtes italiennes. Le premier établissement grec en Italie du Sud fut celui des Eubéens venus d'Érétrie, ils s'installèrent sur l'îlot de Pithécusses (Ischia) vers -770.

D'autres colonies grecques suivront, par exemple les Locriens qui d'après Aristote, seraient eux aussi venus de Grèce d'une région portant leur nom, pour se mélanger aux indigènes déjà présents. À cette époque, ces colonies grecques sont plutôt sur des collines, les colonies plutôt maritimes (ports), n'émergeront que bien plus tard au Moyen-Âge.

Langues voisines
Barese - Napolitain - Italien
Poème traduit en calabrais (488 traductions)