Poème d'amour me´phaa

Ni’wan

Gri’gú inaa na ni’wan’

Nga’a misan ñajun

Mi’cha la muu nangudii

Imboó ika etan “Nando kayaa”

Traduit en tlapanèque par Juan Neri Dionicio
Lecture audio Juan Neri Dionicio
Poème d'amour me´phaa

Recueil de poésie "La Glace"
Version originale
Poème la glace

Langue tlapanèque

Traduction en langue tlapanèque (mè'phàà) de mon poème d'amour! Voici un ensemble de noms que l'on peut prover pour désigner cette langues et ses dialectes : me'pa, tlapaneco del oeste, teocuitlapa, tlapaneco de zoquitlán, tlapaneco de teocuitlapa, me'phaa xma'íín, huitzapula, me'phàà xìrágáá, me'phàà murúxìì, zapotitlán tablas, tlapaneco de nanzintla, me'phaa, tlapaneco del noroeste alto, acatepec me'phaa, tlapaneco del noroeste bajo, me'phàà àguàà, tlapaneco del norte, tlapaneco de acatepec, western tlapanec, tlapaneco de zapotitlán, nanzintla, acatepec tlapanec, acatepec, tlapaneco del suroeste, tlapaneco de huitzapula, Autonyme : me'pa wí'ìn, meꞌpa̱a̱ wíꞌi̱i̱n.

Cette langue oto-mangue Oaxaca du Mexique (état de Guerrero) est parlée, pour l'ensemble de ses variétés (Tlacoapa, Iliatenco, Acatpec, Azoyú, Malinaltepec), par une centaine de mille de locuteurs, dont 30% sont monolingues, et le nombre de ces locuteurs monolingues ne fait que s'accroître.

L'institut national mexicain des langues indigènes, ne compte pas seulement quatre, mais neuf variantes dialectales de la langue Tlapanèque. Le dialecte de cette traduction est l'Acatepec, il compte 40 000 locuteurs.

Selon Abad Carrasco Ziga, les premiers à parler la langue mè'phàà s'appelaient "Yopi" et vivaient du coté de San Marcos et Tecoanapa, sur un territoire appelé Yopitzingo. Pour certains les Yopis suite à la conquête espagnole ont disparu, pour d'autres ils auraient fuit vers e Salvador puis le Nicaragua pour être aujourd'hui les Subtiabas, Orotinas, Nagrandanos et Quascaleños.

En tous cas la langue mè’phàà est liée à certaines langues centraméricaines parlées au Salvador (maribio), au Nicaragua (subtiaba, nagrandano, quascalá) et au Costa Rica (orotiña ou orotina), des langues aujourd'hui éteintes.

Le mot me'phàà vient de Mbo À'phàà, association de xàb et À'phàà (celui qui est À'phàà). À'phàà étant une région à la limite de l'état d'Oaxaca, d'Acozauca Guerrero jusqu'à la Costa Chica en passant d'Olinalá à Chilapa. Aujourd'hui ce mot m'phàà désigne à la fois les locuteurs (xàbu mè'phàà), du peuple (xuajin m'çphàà), dont la langue est (ajingáá mè'phàà).

Les Tlapanèques

A l'époque précolombienne, les Tlapanèques (Yopi) vivaient dans un territoire appelé Yopitzinco par les Aztèques, avec pour ville principale Tlapan. Leur territoire formait une enclave au milieu du puissant empire Aztèque, que ces derniers n'ont jamais pu conquérir.

La société Tlapanèque fonctionne sur un mode patriarcal, avec des dirigeants qui sont à la fois politiques et religieux, chapotés par un conseil des chefs. Le pouvoir de ce conseil, est bien sûr très minime puisque ce sont les lois de l'état mexicain qui gouvernent.

Poème traduit en tlapanèque (482 langues)