Poème d'amour haida

X̱ánjaangwaay

X̱ánjaangwaay aa dáng ḵinggang

Kil dla háani díinaa íijang

Sgingula hl híiluusaang

G̱udgwáa ’láanaa, "Dáng díi ḵwiiyáada!"

Traduction & audio haïda (X̱aad Kíl) par Díinaa Íijang
Lecture audio
Poème d'amour haida

Traduction littérale

Tu te vois dans le miroir

Ce sont mes plus beaux mots

Fais vite ils vont disparaître

C'est mon dernier "Je t'aime!"

Recueil de poésie "La Glace"
Version originale
Poème la glace

Langue haida

Voici la traduction de mon petit poème d'amour en haïda du Nord ou d'Alaska (haida, autonymes : x̱aad kíl, x̱aat kíl, x̱aayda kil, x̱aadas kíl), la langue isolée des Haïdas.

À l'origine et aujourd'hui, le haida est parlé au Canada sur les îles de la Reine-Charlotte ou Haïda Gwaïi = îles du peuple en Colombie britannique à Skidegate et Old Massett. Dans le passé les Haidas appelait le Haïda Gwaïi, Xàaydlaa Gwaayaay (îles de l'origine).

Le haida est aussi parlé aux États-Unis dans le sud-est de l'Alaska à Hydaburg, Craig et Ketchikan. En Alaska le haïda à le statut de langue officielle.

Pour être très précis, cette traduction est dans le dialecte du nord, très exactement, dans le dialecte kaigani.

On distingue deux principaux groupes dialectaux, les dialectes du nord (Alaska) et ceux du sud (Canada). Ceux du nord sont restés plus conservateur tandis qu'au sud au XIXe du fait d'échanges plus nombreux on a même créer un pidgin du haida.

Au début du XXe siècle, il était devenu courant d'envoyer les enfants dans des pensionnats. Dans ces pensionnats comme il était interdit de parler les langues indigènes, le haida a vu très vite son nombre de locuteurs chuter.

Pour le haïda, même si la communauté consciente du risque de perdre sa langue, cherche à l'enseigner, il faut considérer qu'elle est en grand danger. Aujourd'hui cette langue est presque éteinte, elle ne compte plus qu'une petite dizaine de locuteurs, c'est dire l'urgence qu'il y a à la préserver.

Préserver une langue, c'est préserver les secrets qu'elle recèle, les idées qu'elle véhicule, et pour ces peuples autochtones, c'est préserver la connaissance de la nature qui les entoure.

Le haïda est une langue polysynthétique, c'est à dire une langue qui peut montrer des mots très longs, comprenant plusieurs morphèmes, qui a eux seuls peuvent représenter une phrase. Avant les linguistes et les anthropologues ce sont les missionnaires qui les premiers ont décrit la langue, la culture et le peuple Haida.

Les Haïdas

Les Haïdas qui sont peut-être 6 000 sont un peuple autochtone des îles de l'extrême nord-est du Canada et de l'extrême sud-est de l'Alaska. Ils étaient autre fois, deux à trois fois plus nombreux.

Les premiers Européens à les rencontrer furent d'abord les Espagnols suivit par les Français puis les Anglais. Ces contacts les décimèrent en leur apportant toutes sortes d'épidémies.

Le Haida Gwaii qui est leur territoire d'origine, est un archipel de plus de 150 îles, au nord-est de la Colombie-Britannique. Les deux îles principales, sont l'île Graham, et l'île Moresby.

C'est au XVIIIe siècle que quelques uns d'entre-eux, peut-être à cause de pressions, ou peut-être pour se rapprocher de zones pour commercer avec les Russes, se déplacèrent un peu plus au nord en Alaska, dans une zone commerciale appelée Kaigani, et pour finir remplacèrent les locuteurs tlingit qui y vivaient.

La culture haida est riche en mythes et en chants traditionnels. Actuellement les plus jeunes restent encore très inspirés pour composer de nouvelles chansons.

Autres langues isolées
Tremembe - Xukuru - Yuchi - Natchez
Poème traduit en haïda (504 langues)