Poème vannetais

Ar miloér

Ha skéden ér miloér

Zou me guerzen braùan

Mes hast béan, é ma é vonet diar uél

Me «sot on genis» devéhan é.

Traduit en vannetais (dialecte breton) par Rónán
Ha skéden ér miloér  Zou me guerzen braùan  Mes hast béan, é ma é vonet diar uél  Me «sot on genis» devéhan é.

Version originale
Poème la glace

Le vannetais

Le vannetais est le dialecte breton de la région vannetaise (sud de la Basse Bretagne). On y trouve des différences notoires avec le dialecte du Léon, qui fait office de standard. L'influence de la langue d'oil voisine, le gallo, se faisant un peu plus importante dans cette partie sud-est de la Basse Bretagne. Historiquement ce dialecte breton était parlé dans quelques communes du Finistère et de la Loire-Atlantique et une grande partie du Morbihan.

Petite histoire de la Bretagne

Pour remonter à l'époque où la Bretagne rentre dans l'histoire, nous savons par les Romains, que la flotte gauloise des Vénètes, Namnètes et autres alliés (Léonais, Trécorenses, Diablinthes), sera défaite par Jules Caesar dans le golfe du Morbihan. Un faible vent favorisant la propulsion à rames des galères romaines aura raison des navires gaulois pourtant habitués à l'Atlantique.

Les diverses provinces conquises par Rome, en Armorique, comme en Grande Bretagne, sont alors gouvernées par des suzerains reconnaissant la domination romaine.

A la fin du 4eme siècle, Maxime, épouse la fille du roi de Trinovante (Londres). Il se heurte à Conan Mériadech le neveu de ce dernier qui brigue lui aussi la couronne. Tous les deux finissent par s'allier, car Maxime qui souhaite le pouvoir impérial de Gratien, lui propose une partie de l'empire. Conan réunit de nombreux volontaires Bretons qui débarquent en Armorique. Pour Gratien il est déjà trop tard, et après Rennes, Nantes est prise. Cette conquête, est vécue comme une libération du joug de Rome, qui écrasait ces villes, sous de trop lourds tributs.

Maxime laisse à Conan la couronne pour diriger l'Armorique (Bretagne, une partie de l’Anjou, du Poitou, de la Touraine et du Berri). Après Maxime, Conan s'installe à Nantes, il parcourt son royaume, et après avoir écouté ses sujets, édicte un code tenant compte de leurs coutumes. La fille de Dionote (roi de Londres), qu'il doit épouser périt durant le voyage qui l'amène en petite Bretagne, c'est donc Daréréa, née dans cette même Petite Bretagne qu'il prendra pour femme. A sa mort, il sera enterré à st Pol de Léon. Les ducs de Bretagne dont Anne, se reclameront de sa lignée.

Il est à noter qu'on ne sait pas si l'histoire de Conan relève du mythe ou de la réalité. Les historiens Francs comme Grégoire de Tours, par exemple, ne le mentionnent pas.

En tous cas, et cela est mieux connu: A la fin du 5 ème siècle, quand les Saxons envahissent la Grande-Bretagne, ses habitants, surtout en Cornouailles et Pays de Galles, en sont réduits à s’expatrier. Ils émigrent en grand nombre vers une Armorique plutôt déserte. Hoël, depuis Rennes qui dirige la Petite Bretagne laisse faire, si bien que l'un des chefs de ces émigrants, prend le titre de roi. La péninsule se trouve alors divisée en deux royaumes, celui de Bretagne, et celui de Donnonée composé d’une portion du Léonais, des diocèses de Tréguier et Saint-Brieuc. Cependant le roi de Donnonée reconnaît la suprématie du roi de Bretagne.

Les guerres avec les Francs se succèdent autour des marches de Bretagne.

Au 9eme siècle, Charles le Chauve, avec Francs et Saxons, s'oppose à Noménoé, puis à son fils Erispoé. Tous deux le battront à deux reprises, à la bataille du Ballon (Bains-sur-Oust), puis à la bataille de Jengland (Guémené-Penfao). Charles le Chauve s'engage alors, à reconnaître la Bretagne et ses frontières, qui incluent les régions de Rennes, Nantes et Retz, toutes terres Bretonnes.

C'est au 16eme siècle, après la mort d'Anne de Bretagne la Nantaise, épouse successive de Charles VIII et Louis XII, qu'aura lieu le rattachement de la Bretagne à la France (1532).

La Glace © Copyright & Contact: Richard Bellon

http://pouemes.free.fr/traduction-region/poeme-vannetais.htm

Poème traduit en vannetais (466 traductions)
counttotal