Poème d'amour võro

Var'okaehtus

Su varju kaetus

Omgi minu kõgõ parõmb laul.

Sa tulõ esi inne, ku seo kaos,

Seod jõvva väega hoita mõnõ silmäpilgu viil.

Traduit en võro par Evar Saar
Poème d'amour voro

Recueil de poésie "La Glace"
Version originale
Poème la glace

Le võro

Voici, l'interprétation de mon petit poème d'amour en langue võro (autres noms : võru, eastern võro, seto, võro-seto, voru, western võro, autonyme : võro kiil, plva kiil, räpinä kiil, mehka kiil, haani kiil).

Souvent considéré comme un dialecte de l'estonien, le võro s'écrit avec les lettres latines et est en danger du fait de la concurrence de son voisin du nord, qui est à la base de l'estonien moderne.

Le võro, qui fait partie de la branche fennique des langues ouraliennes, possède sa propre langue littéraire, et cherche à obtenir, une vraie reconnaissance officielle en Estonie.

Le võru est parlé par environ 90 000 personnes dans le sud-est de l'Estonie dans les zones de Vo, Seto, Mulgi et Tartu, ainsi que dans le centre du pays, en raison de mouvements de populations; hors du pays également autour de Lutsi, Leivu et Kraasna.

Souvent appelé võro-seto, qui en sont en fait deux variantes très proches, le võro ​​et le seto sont pour certains des langues différentes de l'estonien standard; en effet, elles en sont éloignées et n'ont pas de véritable intelligibilité avec lui. De ces deux variantes, le võro qui est le plus dynamique.

Le sud-estonien aurait commencé à se séparer du groupe finnois il y a 3000 ans, tandis que son voisin du nord, l'estonien moderne, aurait continué d'évoluer, sur la base de contacts durables avec d'autres dialectes finnois.

Entre le XVIe et le XIXe siècle, le nord et le sud-est de l'Estonie, utilisaient dans les écoles, l'administration et pour la religion, deux langues littéraires. Au XXe siècle, quand s'est constitué la nation estonienne, la langue littéraire sud-estonienne, a commencé à s'effacer, au profit de celle du nord.

Le võro, avec des locuteurs qui commençaient à pratiquer un plurilinguisme avec l'estonien du nord, et le russe, a commencé à devenir menacé, mais il y a 30 ans, avec l'effondrement soviétique, s'est effectué "un réveil nationaliste" à travers la standardisation de la langue, basée sur le võro, et la mise en oeuvre de sa revitalisation. Pour se faire, un institut Võro a été créé, et aujourd'hui le võro à le statut de langue régionale.

Des festivals, rassemblant des milliers de personnes, qui en partageant, chansons, danses et traditions, permettent de faciliter la transmission intergénérationnelle. Un peu de presse écrite et des temps d'antenne radio et télé, sont maintenant dans la langue. L'encyclopédie Wikipedia, elle aussi commence à être traduite.

En Estonie, le moyen bas allemand puis le haut allemand ont joué un rôle important, et ce dès le Moyen-Âge, et ces formes de l'allemand ont longtemps servit de langue véhiculaire, jusqu'à ce que le russe, à partir du XIXe siècle, s'y ajoute. Pendant longtemps allemand et russe, ont été considérées comme des langues plus prestigieuses que les langues estoniennes.

Les Võros

Les Võros (Võrokõsõq), environ 70.000, sont les habitants historiques du comté de Võru, un comté situé tout au sud-est du pays, frontalier avec la Russie et la Lettonie.

Pour un peu d'histoire : Au XIIIe siècle des moines soldats allemands, les Frères de l'Épée, mèneront les croisades baltes, pour convertir à la foi chrétienne les habitants. Ils conquerront le territoire estonien.

La région, jusqu'au milieu du XVIe siècle, jusqu'à son annexion par la Suède, formera la Confédération livonienne. Ensuite dès le début du XVIIIe siècle, le territoire estonien, est annexé par la Russie. Une Estonie, qui ne retrouvera son indépendance qu'à la chute de l'ex Union Soviétique.

Poème traduit en võro (482 traductions)