Efano loye moshisipili  Okatevo kange kawa,  Ndele ohakakanapo divadiva,  Olo lwahugunina okutya ondikuhole
Pause animation  La Glace Copyright ©
Poeme oshiwambo, traduction Magdalena David

Lecture audio Ester Amia
Poème d'amour traduit en oshiwambo, une langue parlée en Angola et en Namibie voisine du herero. Cette langue du peuple Ovambo (aawambo) compte environ 2 millions de locuteurs en comptant la dizaine de dialectes qui existent.

Les Ambos auraient migré au 14 ème siècle vers le sud du Zambèze. Les Ovambos constituent l'ethnie la plus importante en Namibie, ce sont des agriculteurs et la région où on les trouve, s'appelle l'Owamboland. Ils vivent dans des villages permanents. Leur système politique consiste en une royauté soutenue par une aristocratie héréditaire, dans laquelle la reine mère jouit d'un grand prestige. Quant à l'Angola (d'où vient ce poème), et sa littérature: Si bon nombre de ses écrivains les plus représentatifs ont été marqués par le néoréalisme portugais, il ne faut pas négliger l'importance du mouvement de la négritude senghorienne présente par exemple chez le poète Viriato da Cruz. En Angola, les écrivains évoluent d'une forme calquée sur les modèles occidentaux, à une écriture qui s'efforce d'épouser les règles de l'oralité. La littérature angolaise s'apparente par plus d'un trait aux productions francophones et anglophones: peinture de la réalité sociale, contestation du colonialisme sont prédominantes chez Mario Antonio, Amaldo Santos, Santos Lima, tandis que les poètes comme Antonio Cardoso ou Agostinho Neto (colectanea de poemas) fortement marqués par le surréalisme, tentent d'exprimer leur malaise dans un portugais qui aurait dégorgé "sa blancheur".